Mémoire et dignité des victimes de violences sexuelles pendant le conflit armé

Pays : Guatemala
Organisation : Actoras de Cambio
Années de soutien : 2007 – 2009 / 2010 – 2013 

Lors du conflit armé au Guatemala (1960 – 1996), la violence sexuelle fut délibérément utilisée comme arme de guerre à l’encontre des populations autochtones; 90% des violences ont été infligées à des femmes indigènes, essentiellement mayas. Dans ce contexte, l’ONG Actoras de Cambio s’est donné pour mission de lutter contre l’impunité dont jouissent les tortionnaires et de mener avec les victimes un travail de mémoire individuel et collectif.

La justice, telle que l’entend l’ONG, va bien au-delà de la sanction pénale vis-à-vis de l’agresseur. Elle se centre autour de quatre axes fondamentaux: que le viol soit reconnu comme un crime; que la honte sociale retombe sur l’agresseur et non sur les femmes; que les femmes puissent trouver l’appui social nécessaire pour reconstruire leur vie et la possibilité d’être femme sans culpabilité ni peur; garantir l’éradication du viol en transformant collectivement les structures sociales.

Dans ce cadre, l’ONG a établi des réseaux de groupes de parole, de guérison, d’appui mutuel et de défense avec des femmes mayas survivantes de viols. Elle a publié un livre qui contribue à l’histoire du Guatemala par l’apport des voix des femmes mayas survivantes, elle organise des festivals pour la mémoire et développe une formation auprès des professeurs pour aborder l’histoire de la guerre et décrypter les mécanismes qui alimentent le viol.

Le soutien de Pro Victimis est intervenu après les deux premières années de lancement d’Actoras de Cambio, pour lui permettre de poursuivre ses activités et d’étendre sa couverture géographique.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search